fide libère les apprenants d’exigences disproportionnées

DeutschThun_breit.JPG

L’Université Populaire de la région de Thoune gère chaque année environ 25 classes dans les cours d’allemand comme langue seconde à différents niveaux. Dans certaines classes, elle lance, dans le cadre d’un projet-pilote de, un enseignement basé sur des scénarios. Le concept de a été développé sur mandat du SEM par divers partenaires de la recherche et de l’encouragement linguistique. Interview de Brigitte Huber Keller, responsable pédagogique pour les cours d’allemand langue seconde, à l’Université Populaire de la région de Thoune (à gauche sur la photo).

L’Université Populaire de la région de Thoune aménage l’enseignement de l’allemand dans une phase pilote du concept national d’encouragement linguistique fide. Quels sont les avantages que de apporte aux migrants?


Ils en pro tent à plusieurs égards. Ils acquièrent des éléments qu’ils peuvent utiliser directement dans leur vie de tous les jours. Ils apprennent également comment se déroulent les scénarios du quotidien et quels en sont les enjeux principaux, par exemple lors d’une visite chez le médecin. Grâce à cette approche, les résultats sont rapides et motivants. L’enseignement fait appel à leur responsabilité personnelle: les migrants réfléchissent à ce qu’ils veulent apprendre et classent dans leur documentation d’apprentissage les productions et fiches pédagogiques qui leur seront utiles au quotidien. Par ailleurs, ils apportent leur propre vécu et leurs propres expériences, qui sont valorisés à travers cette approche «co-constructive». Je constate que fide libère les apprenants de certaines exigences disproportionnées, comme le fait de devoir apprendre des formes grammaticales en dehors de tout contexte. Grâce aux éléments acquis dans les cours de, ils sont en mesure de bien se faire comprendre dans les situations qu’ils rencontrent le plus fréquemment. C’est un immense avantage.

A quels défis cet enseignement est-il confronté?

fide exige beaucoup de la part des formateurs: ceux-ci se retrouvent devant une classe sans avoir de programme déterminé, ils doivent quitter leur «zone de confort». fide est une question d’attitude: suis-je disposé à repenser mes habitudes et à réfléchir à ce qui sera le plus utile aux apprenants?

Que faut-il pour que l’enseignement fide soit une réussite?

La formation et l’accompagnement des formateurs sont essentiels. A cet égard, nous sommes très bien soutenus par l’équipe de pilotage de fide. Les formateurs peuvent en outre utiliser le matériel pratique de de en ligne a n d’adapter leur enseignement. De plus, il est important que l’institution apporte son plein soutien, non seulement nancièrement, mais aussi, et surtout, par son attitude.

Que signifie l’intégration pour vous?

Pour moi, l’intégration est un processus qui exige une prestation des deux parties: avant tout, une ouverture à l’autre et la volonté de faire preuve de compréhension envers d’autres comportements et habitudes de vie.

Volkshochschule Region Thun